Le culte des genres

Ce sujet me trotte en tête depuis un petit moment … Déjà, je vous invite à jeter un œil sur ce que sont les stéréotypes des genres

En fait plus je regarde autours de moi, plus je me rends compte que la société est hyper genrée … tout doit être masculin ou féminin … des rôles bien normés … trop normés …

Et attention aux aficionados qui oseraient sortir des moules …

Alors après la désacralisation d’un jouet unisexe culte de mon enfance les legos … Je me suis rendue compte, que plus le temps passe, plus les enfants sont cantonnés dans le rôle social qui sied à leur sexe dès le berceau … c’est quoi cette histoire de layette bleue ou rose… Sachant qu’en début de vie, les enfants perçoivent surtout les couleurs vives et criardes … Mais on préfère donner le plaisir aux parents de genrer leurs enfants plutôt que de les éveiller avant tout au monde… Illogique…

Et là, je tombe sur une étude décrivant les réactions d’un échantillon de la population face à la photo d’un nourrisson qui pleure. Et celles-ci sont différentes selon que cet enfant soit désigné comme une petite fille ou un petit garçon. En gros, si c’est un garçon, il est en colère, il est grognon, on va gentiment avoir tendance à le laisser se calmer tout seul. Et si c’est une petite fille, elle est triste et il faut la consoler, la cajoler…

Ainsi l’attention donnée à deux enfants du même âge est fonction de leur sexe. Ils n’ont même pas encore conscience de leur corps que le conditionnement commence déjà… Ainsi le message est clair : le petit mec comprend vite que ça ne sert pas à grand chose de pleurer et la petite demoiselle que pleurer ça amène des câlins et des attentions …. Navrant…

L’illustration parfaite de « pleure pas mon fils, tu deviendras un homme » … Et les filles c’est des pleurnicheuses …

Les jouets vont de la même façon avoir pour but de formater ces enfants dans des rôles rigides et castrateurs affiliés à leur sexe… entretenant le schisme homme femme …

Le bon mâle devant être un futur alpha avec la combativité, la violence. Puisqu’il devra écraser les autres pour s’affirmer il doit être bien armé …

La gentille femme devra de son coté apprendre à être calme, douce, attentive et patiente … Bah oui, si elle doit être soumise, c’est un minimum. Et bien sûre être jolie, soignée et faire attention à son apparence ….

Et quand arrive la préadolescence, il devient difficile de trouver de la lingerie de petite fille dans les rayons … Je ne sais pas mais pour moi l’achat de mon premier string, c’était tout un symbole. Ça marquait mon entrée dans une vie sexuelle active et assumée de jeune femme…

Mais non content de leur donner des vêtements de petites femmes, de les voir se maquiller de plus en plus tôt … Il ne faut pas oublier que les jeunes filles sont formées plus tôt qu’avant. Chez nos grand-mère, l’âge moyen des premières règles étaient plutôt 17 ans… aujourd’hui la puberté est de plus en plus précoce avec même des cas médicaux inquiétants … merci la pollution, le surpoids et autres …

Et après, on s’étonne de l’hyper sexualisation des petites filles ou plutôt hyper féminisation. Alors qu’elles ressemblent de plus en plus tôt, aussi bien physiquement que par des artifices, à des petits bouts de femmes attirants les regards de la gente masculine. Mais leur maturité ne leur permet pas de comprendre et de pouvoir gérer… Laissez leur enfance à ces petites puces ! Elles deviendront bien assez tôt des objets sexuels … Et c’est là qu’est le vrai problème… mais je reviendrais sur ce débat une autre fois…

La culture de ce clivage homme femme ne s’arrête pas à l’enfance… ainsi même pour les adultes, il faut marquer sont genre … comme ci ces messieurs repasseraient plus facilement si le fer est looké à coup de testostérone

L’enfermement des femmes et des hommes dans leurs rôles sociaux … que les femmes se retrouvent enfermées dans leur couple… Que l’image de la princesse fana de licornes donne des femmes frustrées et non maîtresses de leurs sexualités … Tous cela, bien que révoltant est d’une banalité sans nom de nos jours ….

Voila ce que moi, je note de mon petit bout d’expérience… Et oui je suis une femme! Je parle de mon côté de la barrière, mais je n’envie pas la position des hommes : avec cette image de force et de solidité, cette interdiction à la sensiblerie sous peine de voir leurs orientations sexuelles remises en cause… Ca ne doit pas être facile tous les jours …

Mais il y a de l’espoir … Quel bonheur que de s’épanouir auprès d’un homme ne prenant pas ombrage de votre force physique plus conséquente que la sienne ou encore que de constater que vous êtes plus douée en bricolage que lui le fasse rire… Plus besoin de mimer la faible femme pour ne pas vexer … Et le voir arranger des bougies parfumées ou faire la vaisselle ne le rends pas moins homme à mes yeux, bien au contraire … Car pour moi, si on est sûre de soi, que nous sommes bien dans notre corps. On peut facilement faire fît de ces stéréotypes et être juste soi… Et ça, c’est ce qu’il y a de plus attirant !

Alors, apprenons juste à nos enfants à pouvoir se débrouiller seul. Et après, qu’ils fassent ce qu’ils apprécient. Je rêve que ce schéma sans stéréotype se démocratise.

Juste une égalité réelle entre individus, je sais je suis encore utopiste…

 

Publicités

Femme, épouse mais pas soumise

Avec le recul depuis mon grand « oui », j’ai l’impression de perdre mon identité…

Avant tout aux yeux de la société Je suis plus Mlle Sandra G, mais Mme S voir Mme S Jérôme ainsi en plus d’oublier mon nom de famille, on essaye même de me faire renoncer à mon prénom…N’étant pour certain que la femme accrochée à monsieur… Pour une femme très indépendante comme je suis c’est juste révoltant et insultant… Je ressemble pas à une ombre… je pense sans l’assentiment de monsieur, je peux même vivre sans lui… Désolée des désillusions que certains vont avoir en lisant ses lignes… Mais oui, une femme mariée, bien qu’appartenant à une entité de couple au nom de la loi, reste un individu à part entière… Et n’est dans aucun cas la propriété de son époux …

Mais aussi aux yeux de mon entourage, dés que j’ai le malheur de sortir seule à une soirée organisée par nos amis… Bah il est où jérôme, et là la personne se mets a chercher le dit monsieur des yeux des fois que je l’ai caché dans ma poche avant de sonner…  Alors s’en suit l’interrogatoire … je dois rendre compte de nos deux agendas, et expliquer le pourquoi on est pas deux … Pourquoi le siamois est pas la… et après viens le « Mais ça va vous deux??? »   C’est sure même si ça va pas je vais pas te le dire au milieu de ta soirée, pauvre pomme….  De plus y a pas forcement besoin d’avoir un problème pour pouvoir se déplacer l’un sans l’autre

Mais il faut rajouter à cela les attentes que les gens ont de vous … Bha alors 10 ans ensemble et 5 ans de mariage et toujours pas de bébé vous attendez quoi??? Mais taisez vous! Pouvez vous imaginer que l’on en veux peut être pas ??? Ou encore qu’on ne peux peut être pas … tout simplement … et que c’est juste sadique de demander ?? Ou encore  : « Tiens, regardes ! Il a un accroc à sa chemise. Tu devrais le repriser… »     Bon ok, j’ai déjà fait la boulette d’épouser un italien élevé de façon machiste et je me coltine tout … J’arrive déjà à saturation toute seule .. Alors quand même l’entourage vous renvois dans le nez que vous devez être la parfaite femme d’intérieur, y a juste un hurlement sourd qui né dans le fond de votre gorge…

Le vrai problème dans un couple arrive quand l’un des deux se mets à épouser les conventions et les attentes du reste du monde … ou pire que l’un de deux commence à se rendre compte qu’il perds réellement son identité dans cette relation ….

Le truc c’est que souvent l’un va pas sans l’autre…  c’est souvent car l’autre se mets aussi à projeter en vous les attentes que le reste du monde a … Qu’il commence à ne plus vous voir, mais ce qu’il voudrait de vous que rien ne va plus… Et que fatalement l’amour s’élime…

Et la au delà de mon coup de gueule du jour sur la pseudo position de la femme dans le couple … Ça concerne les femmes comme les hommes … A trop projeter d’attentes dans l’autre on l’oublie et un fossé se creuse …