Accompagner dans la dernière demeure

Accompagner quelqu’un dans sa derniere demeure … sujet difficile…

J’ai malheureusement que trop d’expériences dans le sujet. Il y a peu, j’ai perdu un ami et c’est là que je me suis rendu compte que j’avais raison. Par une analyse simple, on se rends vite compte que les gens font ce qui les réconfortent sans prendre en compte ce que le défunt aurait voulu … Bien que révoltée sur ce sujet je me suis résignée depuis longtemps … Le disparu n’a que peu faire de se que l’on fait de sa dépouille mais c’est essentiel dans le deuil des proches. Moi j’y vois un manque de respect pour le disparu mais je suis peut être un peu trop obtus …

Ainsi, même si mon ami aimait les hommes, vivait en couple depuis plus de 6 ans avec un jeune homme et qu’il avait renié complètement la religion qui lui avait été inculquée enfant. Ses parents ont repris les choses en main, en acceptant l’aide de son colocataire et de ses amis. J’ai été horrifiée de savoir qu’une messe allait être dite qu’il allait  reposer dans le caveau familiale et que tout le monde allait être en noir … Surtout que l’homme qu’il aimait plus que tout soit relégué au dernier plan après tout c’est que son colocataire … Non tout cela était l’opposé de ce qu’aurait voulu Raphaël … Et des animosités existant entre son petit ami et moi on m’a prié de ne pas venir… Je me suis pliée à cette demande l’âme en peine

Aujourd’hui après avoir appris comment c’était passée la cérémonie, j’ai compris pourquoi … Après tout j’avais servis de fausse petite copine à mon ami qui ne voulait pas assumer sa différence auprès de ses parents… Cela aurait été encore plus horrible pour l’homme qui l’aimait, en plus d’être considéré comme un simple pote qui aide à payer le loyer, ses parents m’aurait considérée comme plus ou moins la veuve épleurée … Raphaël c’était apparemment bien garde de dire que j’étais casée et que j’avais ma vie bien à moi et laissait planer le mal entendu par facilité ….

Mais voilà, moi aussi j’y tenais à mon ami et la peine restait bloquée dans le fond de ma gorges. Je me suis rendu compte que moi aussi j’avais besoin de pouvoir commencer mon deuil, pouvoir exprimer la douleur qui me tenait le coeur serré et m’empêchait de dormir sereinement. J’ai donc fait une cérémonie du souvenir avec une amie comme on le fait dans ma spiritualité… J’ai pleuré sans discontinuer pendant plus d’une heure… Les vannes étaient ouvertes, le noeud qui nouait ma gorges était défait .. Je m’autorisait enfin à extérioriser ma peine… Oui, chose particulière de ma spiritualité, il est de bon ton, pour le respect du mort et lui permettre de continuer son cycle, de ne pas le pleurer longtemps afin de ne pas bloquer l’âme du défunt auprès de nous

Alors comme je t’aimais et que je sais que toi aussi, que tu aurais voulu mon bonheur.     Je vais reprendre ma vie au plus vite je t’envoie des pensées douces et aimantes pour ton envol…  Comme le veux la tradition, je parlerai de toi sans larmes du moins j’essayerai …